J’ai lu: Zéro Déchet de Béa Johnson 1


Ce livre, je l’ai lu pour moi, il a modifié mes habitudes et remis en question ma manière de travailler. Je l’ai déjà évoqué sur le blog deux fois (ici et ) et aujourd’hui, j’ai souhaité vous en faire un résumé plus complet pour vous inviter à le lire à votre tour, si ce n’est déjà fait.

pourquoi j’ai lu Zéro Déchet?

Au printemps, je me suis sentie à l’étroit dans mon habitat, sans doute à cause de notre projet immobilier qui tarde à se concrétiser et aussi après l’arrivée de notre deuxième. Ne pouvant pas pousser les murs, je me suis dit que le moment était arrivé de m’intéresser à tout ce qui permet de ranger et peut-etre aussi un peu minimiser.

Parmi les différents livres qui entrent dans cette thématique, c’est la présentation de celui de Béa Johnson qui m’a le plus interpellé. Zéro Déchet va plus loin qu’une réorganisation des espaces et propose une solution globale pour avoir à la fois une maison mieux rangée, vivre dans un environnement plus sain et faire des économies…le tout en faisant du bien à notre planète!

Vous l’aurez compris à la lecture de mes derniers articles, (comme celui-ci ou celui-là) cette année mes questionnements se dirigent toujours davantage vers l’impact de la chambre d’enfant sur la santé de nos petits et celle de notre planète. Ce livre saurait-il répondre à mes demandes?

zero dechet bea johnson

Ce que j’ai aimé dans le livre de Béa Johnson

J’ai beaucoup aimé la manière dont les choses sont amenées. Ce n’est en aucun cas une condamnation de nos modes de vie à base de lancé de pierres , l’auteure était une consommatrice comme les autres avant (et même bien plus que la plupart d’entre nous!). Au fil des pages, Béa Johnson nous fait part de son cheminement et de ses accès dans un sens comme dans l’autre. C’est un partage d’expérience qui nous permet de gagner du temps, de nous rendre compte que c’est faisable et peut-etre moins compliqué qu’on l’immagine

Au delà de la prise de conscience de mon mode de vie actuelle, elle m’a aussi fait découvrir une réalité parallèle à la mienne pourtant déjà bien en place. Le Zéro Déchet ne se limite pas à faire ses courses sans sac, c’est un mode de vie solidaire où l’on se prête et on emprunte en fonction de ses besoins. L’auteure vit aux Etats-Unis où le mode de consommation est encore plus excessif que le nôtre mais, en parallèle de son histoire, ce livre est une mine de bonnes adresses …. françaises! Le fait que ce livre n’est pas été seulement traduit mais bien adapté et propose une liste incroyable de sites “Zéro Déchet” en France est extrêmement motivant.

Afin, dans ce que nous invite à mettre en place Béa Johnson,  il n’est pas question de se marginaliser, il n’y a pas de radicalisation. Elle nous propose de vivre différemment certes, en nous posant des questions et en devenant acteur de notre vie, mais sans renoncement (ou presque). Pour sa part, elle est restée une personne (presque!) normale et a fait des choix qui lui son propre, par exemple elle mange de la viande de temps en temps et voyage aussi en avion, quand elle ne peut pas faire autrement.

Ce que j’ai moins aimé

Bon, reconnaissons d’abord que Béa Johnson avait un style de vie très riche auparavant, elle part de loin! Quand vous ferez le tri chez vous, vous n’aurez sans doute pas autant de chose inutiles qu’elle. Parfois ce côté américain se ressent un peu et on peut avoir du mal à s’identifier.

Pourtant, je pense qu’à la lecture de ce livre, quand on nous met les faits devant les yeux, il est difficile de  rester indifférent. Mais le parcours pour le Zéro Déchet est difficile. La liste des “interdits” est longue (essayer d’enlever le plastique de vos vies et vous verrez qu’il est partout!) et cela en devient parfois décourageante….

Si Béa Johnson explique qu’il vaut mieux faire peu que renoncer, que chaque petit changement que l’on fait est un bénéfice pour nous et la communauté, il faut reconnaître qu’appliquer le mode de vie Zéro Déchet demande la plupart du temps une vraie révolution de nos habitudes, Cela demande du temps et l’adhésion de chaque membre de la famille. Pas forcément facile…

Zéro Déchet de Béa Johnson est un livre très intéressant et riche pour tous ceux qui, comme moi, avait ignoré le sujet jusqu’à ce jour. S’il est plein de bonnes pistes, bien des sujets sont à approfondir.

Ce que j’ai retenu du mode de vie Zéro Déchet

  • trier ne suffit pas
  • manger bio est mieux mais n’élimine pas pour autant les emballages qui sont pourtant un vrai poison
  • en consommant, nous sommes des acteurs et avons le pouvoir de dire oui ou non.
  • il est si facile de ne pas se poser de questions mais quand on commence….
  • le chemin est long et à contre courant mais les “pélerins” sont chaque jour plus nombreux
  • si pour nous la “reconversion” est difficile, faisons la pour donner tout de suite de bonne habitude à nos enfants
  • changer mon idéal: non une maison plus grande avec plus de rangement n’est pas forcément la solution

Le zéro déchet et la chambre d’enfant

Une fois le livre lu j’ai essayé de voir comment  nous pourrions appliquer les principes du Zéro Déchet à la chambre d’enfant.

ici comme ailleurs commençons par la première règle: refuser

Pour appliquer le Zéro Déchet, Béa Johnson a mis en place 5 règles au principe très simple, à appliquer dans l’ordre. La première est certainement une des plus difficiles: il s’agit de refuser. Parfois cela est assez facile: refuser des prospectus ou des échantillons (et dans le monde de la puériculture ils ont nombreux) mais parfois cela peut être beaucoup plus délicat. Comment faire pour refuser des cadeaux de naissance offert avec si bon coeur (et parfois mauvais gout…).

Nous savons tous que l’univers de l’enfance et de la puériculture en particulier, est une énorme machine marketing. On nous crée des besoins qui n’existe pas au nom de la sécurité, du développement physique et intellectuel de nos enfants, en jouant sur la corde de la culpabilité. A nous d’etre prudent et de nous poser la question: “est-ce vraiment utile?”, “peut-on arriver à la même chose autrement?”

Nos grands- parents nous le disent souvent: eux ont grandi avec beaucoup moins, une orange à Noël! Que s’est-il passé pour que la chambre de nos enfants soit aujourd’hui si remplie? (et donc tellement en bazar!). A bien y réfléchir, nous pouvons certainement consommer autrement, en acheter moins (de jouets, de vêtements) et en profitant pour acheter mieux (composition, origine, etc.)

Je le vois actuellement avec Biscotto du haut de ses trois ans à peine, c’est une vraie éponge, il observe beaucoup et apprend vit, ce que je souhaite lui enseigner… et tout le reste. Il est déjà un consommateur en herbe: quand je lui explique qu’il n’y a plus quelque chose il me dit qu’il “faut en racheter”. C’est mignon… mais inquiétant aussi! Je me dis qu’il faut absolument que je lui apprenne  que tout n’est pas forcément nécessaire.

les enfants sont une grosse source de déchet

Dans son chapitre dédié aux enfants Béa Johnson m’a fait un peu froncer des sourcils en expliquant que mettre au monde un enfant c’est créé une nouvelle source de déchet et que là aussi nous devons faire attention à notre “production”… Je vous laisse découvrir ses propos parce qu’elle dit ça bien mieux que moi, mais après l’étonnement force est de constaté que oui  avec les enfants ont fait plein de déchet. (les couches mais pas seulement!).

Alors je pense qu’ici notre travail est double:

  • limiter les déchets ,en choisissant du lavable  plutôt que du jetable: couches, lingettes, mouchoirs et en réutilisant les vêtements, jouets et accessoires (rappelez-vous le site de Bébé Partage dont je vous parlais dans un précédent article)
  • sensibiliser nos enfants à en faire autant, par exemple en leur apprenant tout de suite à éviter le gaspillage (de nourriture, de fourniture,etc.) et en leur apprenant à recycler (pour les travaux manuels mais aussi les vêtements et les jeux).

les enfants,les cadeaux et le zéro déchet

Et puis il y a le problème des cadeaux! Parce que c’est très bien de faire de votre mieux pour offrir une vie Zéro Déchet à vos enfants mais vous verrez qu’après votre moitié il vous faudra “convertir” tout ceux qui entreront à un moment où un autre dans votre monde ou alors il faudra appliquer la règle numéro un et refuser…. C’est un sujet épineux, surtout pour une naissance, ce n’est pas le moment où vous aurez envie de froisser Tante Georgette ni de vous lancer dans des grands débats sur le Zéro Déchet.  Je vous conseille donc ici encore plus qu’ailleurs d’anticiper: profitez de l’annonce de la grossesse pour partager et faire connaître ce mode de vie. Le plus simple reste sans doute de faire une liste de naissance (vous-meme sinon vous êtes sur de vous faire prendre dans la machine marketing) avec dedans quelques biens matériels ( en expliquant que les cadeaux seconde main –normés!- sont appréciés) mais aussi  des expériences et des services (cours de massage, de natation, d’éveil à la musique, aide à domicile pour la maman, séance bien-etre pour maman et/ou bébé, babysitting, plats cuisinés, photographe)

Ma conclusion.

Ici à Milan, on a 5 poubelles différentes! On ne rigole pas avec le recyclage sous peine de grosses amendes. Il parait même qu’il y a eu un reportage en France sur l’exemple milanais. Alors en gérant si bien le tri de nos déchets, je pensais vraiment qu’on était au top et finalement je ne m’étais jamais posé la question de ce qu’ils devenaient après… Ce livre m’a d’abord fait comprendre à quel point j’étais naive.

Aujourd’hui ma consommation n’a encore que très peu changé, je suis encore au tout début, dans la prise de conscience. A chaque fois que j’achète ou consomme, je me pose désormais les questions: “que va-t-il devenir?”, “aurais-je pu faire autrement?”. C’est un mécanisme qui doit se mettre en place mais c’est difficile d’aller contre nos habitudes!

J’essaie aussi de convertir L’Uomo et Biscotto car sans leur participation tous mes efforts ne servent à rien mais là aussi ce n’est pas simple. Biscotto est encore petit mais je me rends compte qu’on lui a donné déjà tellement d’habitude de consommation!

Dans mon travail, mon leitmotiv a toujours été “point trop n’en faut” ça tombe bien! mais  je sens aujourd’hui le besoin d’aller plus loin, de me poser plus de questions. Sur son site Béa Johnson a publié les chambres de ses deux ados, hyper minimalistes! Je me pose pas mal de question autour de tout cela: jusqu’où peut-on aller? sans accès dans un sens ni dans l’autre. La réponse, encore une fois, ne sera sans doute pas universelle, mais celle de chaque famille.

A vous la parole

Et vous? Connaissiez-vous le principe du Zéro Déchet? En quoi a-t-il influencé l’aménagement du votre habitat? et plus particulièrement la chambre de vos enfants? Raccontez-nous votre expérience dans les commentaires ci-dessous. Et si vous lisez ce livre, venez nous raconter ensuite ce que vous en aurez pensé. Merci.

Salva

Salva

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Commentaire sur “J’ai lu: Zéro Déchet de Béa Johnson