interview d’ une maman Montessori 1


Aurélie est la maman de Simon 4 ans et de Clémence 2 ans. Elle a choisi d’inscrire Simon à l’école Montessori. Elle nous raconte ici son expérience.

classe montessori

source photo: pinterest

Peux-tu nous résumer en quelques mots ta définition de la pédagogie Montessori ?

Pour moi, c’est d’abord une question de plaisir. Celui d’apprendre évidemment, et aussi celui d’être ensemble. L’idée importante pour nous est de conserver la curiosité d’apprendre que les enfants ont dès la naissance. Ensuite, c’est une question de confiance en soi et d’autonomie.

Qu’est ce qui t’as poussé à choisir ce mode d’enseignement pour ton fils ?

C’est un peu la même question mais si je dois approfondir je dirai que je suis conquise par le respect que les éducatrices ont envers les enfants : leur rythme, leur goût, leur évolution personnelle, leur caractère. Voici l’histoire de tout ce respect :

– La pédagogie Montessori est basée sur l’envie de donner aux enfants CONFIANCE en eux dans une période de leur vie où cette question est essentielle. Pour cela, elle s’adapte aux envies des enfants qui découvrent les choses petit à petit en fonction de LEUR intérêt et non celui de la maitresse… ! Et cela va très loin : quand on lui montre les choses en fonction de son rythme, un enfant de 4 ans ½ peut savoir faire des additions tout seul … et en maternelle les enfants connaissent les centaines, les milliers en mathématique ! Cette pédagogie refuse de parler d’échec, de faute, elle va toujours voir le côté positif de l’évolution individuelle de chaque enfant (les éducatrices ont un sacré boulot !). Elle demande à l’enfant de recommencer encore tranquillement son travail jusqu’à ce qu’il y arrive ou qu’il en soit tout simplement satisfait lui même. On dit qu’il se corrige lui-même. Quelle fierté dans leur regard quand ils y arrivent enfin seul, tout est gagné !

– Cette pédagogie permet aussi de rendre les enfants AUTONOMES très tôt. J’aime beaucoup cette phrase que je garde toujours en tête dans mon éducation : « Aide-moi à faire seul », dit la pédagogie. Les enfants sont très concentrés et apprennent en observant les autres travailler, ils veulent ensuite les imiter. C’est la raison pour laquelle tous les âges sont mélangés dans une classe Montessori car les petits apprennent des grands et inversement.

Leur sont proposés dès la rentrée en 1ere année de faire « comme les adultes » des tâches de la vie quotidienne car ils apprennent beaucoup seul avec fierté, dans cette période de mimétisme. Ils peuvent alors peler des carottes, faire de la couture, servir de l’eau, laver du linge, presser une orange. Dans l’ambiance (= classe) tout est prévu à leur taille et adapté à l’enfant. Toutes ces activités quotidiennes manuelles ont toujours un objectif final : celui de muscler son corps et ses doigts de façon fine et harmonieuse afin d’apprendre à tenir son crayon pour écrire par exemple. Une fois que le matériel lui a été présenté par une éducatrice, il peut le prendre seul et travailler sans éducatrice autant de fois que cela lui fait plaisir jusqu’à bien le maitriser. Suivent ensuite les périodes sensorielles puis la période des mathématique et la période du langage. Chaque enfant rentre à son rythme dans une période.

– La pédagogie est basée sur l’apprentissage des grandes notions de la vie (langage, écriture, etc) par les SENS. Tout un matériel très élaboré est présenté lentement aux enfants quand les éducatrices sentent que l’enfant est prêt à le recevoir : ce matériel permet aux enfants de toucher, jouer avec et utiliser leur sens pour appréhender les chiffres, les lettres (le meilleur exemple reste les « lettres rugueuses »). Jouer devient un travail, et travailler devient un jeu. Car c’est en passant par le physique concrètement que l’apprentissage se fait le mieux et le plus profondément pour le long terme. Si l’enfant a vécu avec ses doigts et son corps ce que veulent dire 2 ou 4 ou A et B ; alors il l’inscrit dans son corps et donc simplement et logiquement dans sa tête pour la vie. C’est un peu dur à expliquer mais c’est fou comme ça marche avec les enfants. Un enfant de 4 ans peut rester concentré 1h30 sur la question des additions. D’ailleurs il n’y a pas, dans ces classes, de récréation à 10h , ceci afin de ne pas couper le rythme de concentration et de travail des enfants qui ont besoin de temps. Mais l’enfant n’est jamais statique sur une chaise, il bouge physiquement beaucoup dans l’espace toute la journée, donc il n’a pas ce besoin de se défouler au parc au bout d’1h de classe.

– Encore une chose que je trouve fondamentale est que la classe s’ouvre sur le MONDE: les cultures internationales deviennent le quotidien des enfants. Ils font de la géographie, apprennent l’anglais et ont des mappemondes et des puzzles du monde.

Pour moi le plus important c’est que l’enfant soit en confiance, autonome, débrouillard et curieux d’apprendre.

J’imagine que cette méthode d’enseignement se reflète aussi à la maison. Y a-t-il des éléments dans la chambre directement inspirés Montessori ?

Ahh c’est toujours la question : « est ce que la maison doit être comme à l’école ? » les éducatrices disent toujours que non. Ce n’est pas du tout nécessaire de faire une copie de la classe à la maison.

Mais de toute façon, si vous choisissez ce mode de pédagogie pour votre enfant c’est que forcément, profondément, vous mettez en place intuitivement des choses similaires dans votre pédagogie familiale. Par exemple je m’efforce toujours de laisser mes enfants faire des choses par eux mêmes pour les intégrer dès leur plus jeune âge à la vie de famille (même s’ils se trompent un peu ce n’est pas grave, ils corrigeront tout seul et cela deviendra naturel pour eux de ranger le lave-vaisselle), je place des choses à leur disposition dans leur chambre, il faut toujours garder des choses bien rangées, harmonieuses, sans trop de couleur flash et avec des matériaux nobles (comme le bois). Nous essayons de ne jamais mettre nos enfants dans des situations d’échec, de ne pas les juger (j’aime bien cette phrase aussi : « j’aime bien t’écouter chanter » ou « j’aime bien te regarder écrire » plutôt que « tu écris bien »). Par ex lorsqu’ils se trompent en prononçant un mot, je ne le reprends pas mais je continue moi même à prononcer le mot correctement ; il finira toujours par intégrer tout seul en me mimant et à prononcer correctement sans avoir eu ce sentiment négatif de la correction.

A la maison ou le WE, je m’efforce de choisir des exercices, ateliers, activités où les enfants ne font pas tous la même chose que leur voisin et où la créativité est laissée libre et où il peut constater sa propre évolution personnelle.

Malheureusement très souvent le matériel Montessori est très cher. Si il n’y avait qu’un objet à avoir (ou mieux à fabriquer soi-même !) lequel conseillerais tu ?

Il y en a tellement ! il y a plein de sites qui proposent de réaliser soi même le matériel ou d’en acheter : marimonte, coccinelle-boutique

Je pense notamment aux lettres rugueuses que les enfants adorent. Mais je trouve la poutre du temps excellente. Mais je dois trouver un autre appartement pour l’installer.. !!

Il y a aussi plein de matériel qui ne coûte rien et que vous avez déjà dans votre cuisine (par exemple) et qui, avec de l’explication et de la surveillance, peuvent être proposés aux enfants. Par exemple à 2 ans, un enfant peut peler une banane, la découper avec un couteau à beure, l’écraser avec sa fourchette tout seul.

Il y a aussi des sites qui proposent des jeux, ateliers dans ce sens : tout faire enfant

Maria Montessori avait une vision très particulière du lit bébé, puisqu’elle conseillait de se limiter à un matelas posé directement au sol. As-tu toi-même appliqué cette méthode à tes enfants ? Si oui, qu’en as-tu pensé ? Si non, qu’est ce qui t’as freiné ?

Nous n’avons pas utilisé le matelas posé au sol, probablement par méconnaissance et par habitude culturelle. Par contre, dès 2 ans nos enfants ont eu un « lit de grand » d’où ils peuvent sortir seul. Evidemment, nous les avons retrouvé quelques soirs endormis dans leur jeu ou sur une pile de livres mais .. ose-je dire : heureux ! et maintenant ils dorment sans problème.

Enfin, pour tous ceux qui souhaitent approfondir sur ce sujet, as-tu un livre à nous conseiller ?

Pour les enfants, je conseille les livres poétiques de la collection Balthazar aux éditions Hatier. Il y a des livres sur des thématiques différentes et même un cahier d’activités un peu spécial !

Il y a aussi des applications ipad inspirées de la méthode montessori pour apprendre à écrire et à compter très bien construites et ludiques

Pour les adultes, directement les livres de Maria Montessori. Il y a aussi plein de vidéos sur internet pour voir les enfants travailler et vivre heureux dans ces écoles. Je les regarde car même pour moi, c’est encore un monde que les enfants et même les éducatrices aiment garder secret, à l’écart des parents. C’est intéressant de voir les enfants travailler : vous pourrez voir que les enfants sont très concentrés et que la classe est très très calme. (ici en Californie… c’est pareil en France !)

travail sensoriel

travail mathématiques

vie pratique

L’idée est de faire confiance en la méthode qui fonctionne à long terme et rend (j’ai pu le constater) les enfants plus confiants d’eux-mêmes et naturellement plus attentifs aux autres à l’adolescence. Une grande qualité de nos jours.

Le grand problème de ces écoles – « qui ne rentrent pas dans des cases »- est qu’elles ne sont pas encore reconnues par le système éducatif national français et donc pas du tout aidées financièrement. Elles coutent chères car ce sont uniquement les inscriptions des enfants qui payent les locaux et les salaires des éducatrices (ce qui est payé par les subventions de l’Etat dans le système classique).

Mais je dois dire que si l’on est limité financièrement, les années les plus importantes sont justement les 3 premières années de maternelles car c’est à ce moment là que l’enfant apprend la confiance en soi, organise les choses dans sa tête et découvre sensoriellement les notions et les concepts. Ensuite si on peut continuer financièrement c’est mieux mais le plus important sont les 3 premières années.

Un très grand MERCI  à Aurélie, qui a été très “bavarde” sur le sujet! (nous sommes un peu sortis du format habituel). J’ai personnellement appris beaucoup et j’espère que cela vous apportera autant à tous. Si vous souhaitez en savoir (encore) plus, n’hésitez pas à laisser un commentaire car Aurélie se propose de répondre à vos futures questions.

D’autres articles sur Montessori:

introduction à la pédagogie Montessori

3 astuces et 2 conseils pour une chambre d’enfant dans la philosophie Montessori

le lit bébé version Montessori

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Commentaire sur “interview d’ une maman Montessori