Chez les grands-parents


Pour ce nouveau rendez-vous de l’enfance, j’ai invité les copines à parler des grands-parents et, une fois n’est pas coutume, pour ce billet j’ai eu envie de vous reparler des aventures de Biscotto… chez ses grands-parents donc!

D’abord il faut savoir que Biscotto ne voit pas souvent ses grands-parents, ni les uns ni les autres, tout simplement parce qu’ils sont tous loin (même les italiens). Du haut de ses (presque) deux ans il n’est encore jamais allé seul chez eux ( ça viendra j’en suis sûre) pour autant c’est là qu’il a passé des caps importants dans sa route vers l’indépendance et son acquisition d’un sommeil autonome.

Récits étape par étape…

Passer du landau au lit bébé

Quand doit on passé le nouveau-né dans son lit à barreaux? En théorie je sais vous répondre – ou du moins vous conseiller- je l’évoque dans mon guide, mais ce que je sais surtout et que je dis toujours c’est que cela dépend beaucoup de l’enfant, de l’endroit où il dort, de l’histoire familiale.. et quand justement j ai dû y réfléchir pour Biscotto ça m’a semblé beaucoup moins évident.

Biscotto en vacances à la mer

photo Superliposés

Le contexte

Biscotto est passé au lit à barreaux à presque 4 mois à l’occasion d un voyage chez ses grands-parents. Pour moi, il n’y avait pas encore d urgences: Biscotto semblait encore à l’aise dans son landau même s’il avait bien grandit et bougeait de plus en plus. Et puis c’était pratique car je pouvais le mettre tout près de moi la nuit…haaa! La proximité, entendre le moindre souffle ou geste de bébé, c’est tellement rassurant (du moins pour moi) qu’il est dur de s’en passer ensuite.

Sauf que là, il n’y avait pas la place de mettre le landau à côté du lit – mais aux pieds- et puis le landau était légèrement plus petit et d’un coup je l’ai trouvé à l’étroit (sans doute aussi grâce aux suggestions répétées de sa mamie). L’idée a commencé à faire son chemin… et quand nous sommes arrivés, juste après, chez les grands-parents italiens et que la nonna nous a fait la surprise d avoir préparé le lit parapluie ( un modèle vintage avec sommier sur-élevé) on s’est dit que c’était l occasion de tenter….

Bilan sur place

Cela a été impressionnant de voir comme il a apprécié ce nouvel espace! Et moi qui avait peur qu’il se sente perdu! Il s’est mis à énormément bouger dans son lit, faire des tours de 180°! Pour toujours finir la tête contre le bord du lit pour se rassurer. Il a très bien dormi … et donc nous aussi! À le voir si à l’aise tous mes doutes se sont envolés et je me suis vite habituée à ce (mini) éloignement.

De retour chez nous.

Je me suis fait tout une montagne (c’est ma spécialité ^-^) parce que son lit bébé a des barreaux qui s’abaissent et non un sommier qui monte. C’est beaucoup plus galère pour recoucher bébé délicatement quand il dort…. Mais finalement on a vite pris le coup et ça c’est, à nouveau, très bien passé!!

Dormir seul dans sa chambre pour la première fois

Biscotto a d’abord d’abord avec nous, pas dans notre lit, dans notre chambre. Cela nous a très bien convenu au début (je vous en parle ici) mais bien sûr ensuite la difficulté est de savoir quand et comment le faire dormir seul dans sa chambre. Encore une fois les grands-parents nous ont été bien utiles!

la chambre de Biscotto

photo Superliposés

Le contexte

Pour les 6 mois de Biscotto nous sommes retournés en vacances chez ses grands-parents maternelles, et s’il n était pas facile de mettre le landau dans notre chambre, une fois passé au lit bébé c était juste impossible! Biscotto a donc dormi dans la chambre à côté…

Bilan de l’expérience sur place

Ces vacances ont été assez éprouvantes question sommeil mais, pour autant, je ne crois pas que c’était dû au fait de ne plus dormir près de nous . Je crois plutôt que c’était une histoire de dent qui pousse et de rythme un peu chamboulé. De mon côté, j’ai eu un peu de mal au début à ne plus l’entendre, puis j’ai réussi à lâcher prise et je dois admettre que j’ai beaucoup mieux dormi car je n étais plus en veille à l’affut du moindre bruit.

Retour à la maison

La nuit avant notre retour chez nous, je me suis dit que là on venait de passer une étape importante et qu’il serait vraiment dommage de faire un pas en arrière une fois rentrés. Alors on a surfé sur la vague et… ça c’est très bien passé! ( je vous raconterai dans un article dédié l’aménagement de l’appart pour qu’il ait sa chambre puisqu’on a que deux pièces). Il a commencé à dormir de mieux en mieux la nuit et nous aussi! Parfois il se réveillait en gémissant et se rendormait seul, ce qui n aurait pas été possible si on avait été tous dans la même pièce.

Une soirée et une nuit sans maman (ni papa).

S’endormir sans maman (surtout si on est habitué à s endormir au sein!), ce n’est pas facile et c’est pourtant comme ça que nous avons réussi à mettre fin à l’allaitement à plus d’un an. Je vous racontais nos difficultés ici. Mais c était avec papa… Jusqu’à la semaine dernière Biscotto n’avait jamais fais une soirée et une nuit sans au moins l’un de ses parents. Et c’est désormais chose faite, grâce à de nouvelles vacances chez ses grands-parents !

Le contexte

Nous avons passé une semaine de vacances en France, Biscotto a eu tout le temps de trouver ses marques et de faire tourner bourrique d être en confiance avec sa mamie et son papi. J’avais vraiment envie de profiter de l’occasion pour faire un essai ( c’est plus facile pour tout le monde qu’ avec une babysitter).

Biscotto et sa mamie à la ferme

photo Superliposés

Bilan de l’expérience sur place.

Je suis partie vers 19h ( son papa n’était pas avec nous cette fois-ci). Je lui ai dit au revoir et lui ai expliqué sans trop insisté. Il m’a dit « ciao maman » de loin, tout occupé qu’il était dans sa chasse aux crocodiles. Le reste de la soirée c’est très bien passé. Il a été très sage à table aux dires de sa mamie. Ensuite, la soirée s’est étirée un peu en longueur mais il a finit par aller se coucher sans réclamer sa maman. Et le lendemain au réveil non plus! Quand il m’a revu, il était content mais comme d habitude, ni plus ni moins.

Retour à la maison

Nous n’avons pas encore eu l’occasion de renouveler l’expérience pour le moment mais ça ne saurait tarder! D’abord parce que la semaine prochaine nous partons en vacances chez les grands-parents italiens, donc on va pouvoir le laisser à nouveau en toute confiance. Prochaine étape: trouver une babysitter qui plaise à tout le monde pour notre retour sur Milan.

Merci les papis, mamies,nonne, nonni!

Voilà, nous n’avons pas la chance d’avoir des grands-parents à proximité avec qui avoir des relations plus « continues » pour autant ils sont très chers à nos cœurs et bien utiles quand on les voit! Alors même si je ne pense pas qu’ils liront ces lignes, j’en profite pour les remercier tous les six pour les beaux moments passés ensemble!

À vous la parole!

Et vous? Ça se passe comment avec les grands-parents? Sont-ils très, trop, présents dans la vie de vos enfants, pas assez? Vous sont-ils utiles dans la route vers l’indépendance de vos enfants ou au contraire un frein? Je serai ravie de connaître un peu de votre histoire…

Les rendez-vous de l’enfance

logo

Voici le lien vers les autres participantes du mois:

Chez Pommes en Bretagne, Aurélie nous raconte comment se passe la cohabitation quand trois générations sont en vacances ensemble.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire